L'actu du moment
Autres actualités
Lire la suite... Ce document tient lieu de convocation.
US Annecy – Peyrehorade SP    16 – 12

Pour Annecy : 1 essai SUDAN (65e) – 1 transformation NINET (65e) – 3 pénalités NINET (10e, 39e, 57e)
Composition : SUDAN – BRUNIER, VIGNE, CHARVAT, VAN BELLE – NINET (o) FORGE (m) – PERRUISSET, BOGDANOFF, COCHET – CABARET, DONZE – LEBERT, KUTARASHVILI, VASSEUR. Remp : AVETTAND, SYLVESTRE, DECARRE, GOLLAZ, BAURES, CUZZIT, MONTVIGNIER

Pour Peyrehorade : 4 pénalités TROUILH (3e, 19e, 67e, 72e)
Composition : TROUILH – LARROSE, BOURLON, GARCIA, TEILETCHE – DUBOIS (o) CIBE (m) – CASSAGNE, LAMAIGNERE, DARRIGOL – COUZINET, HARY – BONNEMAYRE, DUPLAQUET, DARRIEUMERLOU. Remp : MOREIRA, BOUTATY, BERGEROO, PHILIPPE, MARTINEZ, CANO, IRALDE.

Annecy passe au vert

Au terme d’une semaine un peu folle qui aura vu Annecy se faire sortir de la course au titre de Champion de France de Fédérale 3, avant de se voir réhabiliter dans ses droits à la suite d’une cagade landaise en matière de respect des règles, voilà que la Fédération a convié chaque équipe à rejouer sa partition sur la même herbe du stade de Gruissan en ce nouveau dimanche de canicule. Une décision équitable s’il en est : plutôt que d’évincer une équipe arbitrairement de ces phases finales sans certitude sur l’aspect intentionnel de l’entrave au règlement, elle a choisi de redonner les mêmes chances à chaque camp d’accéder à la finale. Entre des landais vexés et des alpins revanchards, le contexte de cette seconde manche promettait d’être sacrément tendu, surtout que les 2 adversaires du jour ont un niveau de jeu très semblable, rendant cette nouvelle confrontation encore plus indécise. Forts des enseignements de la semaine passée, chaque camp a donc revu ses plans afin de surprendre son adversaire. Côté landais, les 22 mêmes joueurs étaient alignés, les piliers landais ayant tous soigné leurs blessures en 1 petite semaine, tandis que Annecy amenait du sang frais dans son quinze de départ avec la titularisation de LEBERT, de BOGDANOFF, de COCHET, de FORGE et de BRUNIER. Ce dernier prenait place dans le groupe à la place de GIDEL tandis que GOLLAZ suppléait BETTAYEB. Ce sont des annéciens en mode commando qui faisaient leur entrée dans l’arène audoise, sous les huées et crachats d’un public landais survolté. Rien de tel pour stimuler nos petits « bleus et blancs » qui vont faire voir aux landais en cette chaude après-midi de quel bois se chauffent les bûcherons alpins.
Si Peyrehorade ouvrait le score d’entrée de jeu pour une faute au sol annécienne d’une pénalité bottée des 40m face par TROUILH (3ème), Annecy se laissa pas submerger par l’enthousiasme, l’engagement déployés par leurs rivaux en ce début de rencontre. Au contraire même, en haussant le curseur de l’intensité défensive sur le premier rideau, Annecy allait dresser une muraille défensive dont les landais auront beaucoup de mal à se défaire. Bien vite on sentit que l’agressivité défensive des alpins perturbait le bon ordonnancement du jeu landais. NINET profita d’ailleurs de la première incursion haut savoyarde en terre landaise pour ajuster les 3 points d’une pénalité bottée des 30m face (3-3 à la 10ème). Pourtant, Annecy ne parvenait pas franchement à sortir de son camp, la faute à de nombreuses fautes au sol commises par excès de générosité, permettant à Peyrehorade de venir jouer très souvent dans les 50m alpins. Peyrehorade tenta bien alors d’envoyer du jeu, de développer des offensives au large mais les peyrehoradais tomberont de nombreux ballons, ou bien seront refoulés par une défense annécienne intraitable au défi physique, qui avançait sur les premiers placages, qui fermait tous les espaces à un adversaire réduit à multiplier les percussions à défaut de pouvoir franchir la ligne d’avantage. Que Peyrehorade reprenne l’avantage au planchot sur une nouvelle pénalité de TROUILH pour un en-avant volontaire de BRUNIER (6-3 à la 19ème), ne semblait alors qu’anecdotique tant Annecy posait progressivement sa patte sur la rencontre, au fur et à mesure de l’avancement de la rencontre. En dépit d’un vent contraire soutenu, le pack annécien, parfaitement soutenu par le jeu au pied d’occupation du tandem FORGE-NINET, prenait le pas sur son rival, le contrariant fortement sur ses lancers en touche, le tordant à la moindre mêlée, le mettait en difficulté sur ses percussions autour des zones de combat. Annecy menait patiemment un travail d’usure qui était en train d’éteindre à petit feu un pack landais qui piochait dans ses déplacements offensifs et défensifs. Pourtant, le pack landais tenait la dragée haute à son rival alpin sur les groupés pénétrants que Peyrehorade contrait à merveille grâce à une organisation remarquable. La menace annécienne se faisait toutefois de plus en plus pressante, ces derniers développant de belles offensives en alternant percussions au près et jeu au large pour faire courir une défense landaise plus élastique dans ces replacements défensifs. Après un échec de NINET sur pénalité des 48m face (34ème), après que le pack annécien ait été stoppé à 5m de l’en-but au relais d’une percée du duo BRUNIER-VAN BELLE sur l’aile gauche qui avait semé le trouble dans la défense landaise (37ème), Annecy concrétisera sa domination territoriale par le pied de NINET qui passera une pénalité des 25m gauche en coin après que la mêlée landaise fût montée aux rideaux pour contenir la puissance de sa rivale ( 6-6 à la 39ème).   
Avec la perspective de pouvoir s’appuyer sur un vent soutenu lors du second acte, Annecy semblait dans les meilleures dispositions pour venir à bout d’un XV landais qui affichait beaucoup moins d’allant, de vélocité que la semaine précédente.
L’impression se vérifiera au retour des vestiaires. Après que TROUILH eut loupé une pénalité des 30m face dès la 41ème, Annecy reprendra le court de sa domination, imposant sa puissance à un rival qui souffrait de plus en plus pour résister à sa domination, s’appuyait sur une bonne conservation de balle pour développer du jeu de puissance ou bien de contournement. En étant propre dans la mise en place de son jeu, avec peu de déchet dans ses orientations tactiques et ses options de jeu, Annecy occupait franchement le camp retranché landais. C’est en se montrant discipliné dans le secteur défensif que Peyrehorade parvenait à contenir la domination haut savoyarde. Cela ne sera toutefois pas suffisant car Annecy finira par trouver la faille dans le cadenas défensif mis en place par des landais dont le pack était de plus en plus à la traîne, cramé par la résistance opposée au XV haut savoyard. A force de donner de la bande, la mêlée peyrehoradaise finira par exploser façon puzzle pour permettre à NINET de passer la pénalité qui mettait ses couleurs en tête pour la première fois à la 57ème des 25m face. Puis viendra la délivrance avec cette offensive construite et développée sur 60m par les annéciens durant plusieurs temps de jeu, SUDAN viendra se proposer à hauteur de l’ultime regroupement pour déchirer la défense landaise sur un premier crochet, puis s’enfuir plein champ avant de laisser sa carte de visite à TROUILH sur un nouveau crochet et finir sa course dans l’en-but des verts et blancs. Avec la transformation de NINET, Annecy menait alors par 16 à 6 à la 65ème. Le trou était désormais fait et Annecy disposait de toutes les cartes en main pour contrôler la fin de la partie. Peyrehorade se jeta alors à l’abordage de la défense annécienne pour tenter de revenir dans une rencontre qui lui échappait. A force de courage, de vaillance, les landais vont mettre de la folie et de la vitesse dans leur jeu afin de mettre sur le grill une défense annécienne bien sereine jusqu’à présent. Ce baroud d’honneur portera ses fruits sans trop tarder, la défense annécienne concédant 2 pénalités (67ème et 72ème) au pied de TROUILH qui se fera le plaisir de ramener ses couleurs à 16 à 12 à 8 minutes du terme de la rencontre. La tension montait de plusieurs crans entre les 2 équipes, les placages se faisaient encore plus appuyés, le combat était lui de plus en plus rude. D’ailleurs, pour calmer tout ce petit monde, DUPLAQUET et DONZE écoperont d’un carton jaune, laissant leurs couleurs terminer cette rencontre à 14, ouvrant ainsi des espaces à 2 équipes déjà bien entamées au niveau physique. Malgré tout c’est Peyrehorade qui finissait la partie en trombe, porté par l’énergie du désespoir acculant une équipe annécienne réduite à défendre son avance de 4 points acquise à la force du poignet durant ces dernières minutes au cours desquelles il n’était absolument pas question de lâcher le moindre pouce de terrain. Une fin de match qui sera irrespirable, passée dans les 5m annéciens, ces derniers étant arc-boutés en défense, contrant un ballon porté landais, puis repoussant une mêlée aux 5m alpins, enfin finissant par projeter en touche TEILETCHE sur le drapeau de coin à l’ultime seconde du temps réglementaire. Le coup de sifflet final de Mr NOIROT libérait ainsi des annéciens tout à leur joie d’accéder à la finale du Championnat de France au terme d’une rencontre globalement bien maîtrisée que ce soit au niveau du coaching des joueurs, de la gestion tactique du match, et remportée en toute logique au terme d’une domination territoriale plus constante sur l’ensemble de la rencontre. Une fin de match qui sera malheureusement ternie par une flambée de violence déclenchée par des joueurs landais frustrés qui se montreront aussi mauvais perdants qu’ils furent de mauvais gagnants la semaine passée. Les bornes seront même largement dépassées ensuite pas les supporters landais qui déverseront leur haine et leur connerie sur les supporters, les joueurs et les dirigeant annéciens qui quitteront pour beaucoup d’entre eux,  le stade violentés et mollestés par des landais qui démontrèrent que les glands poussent aussi sur les pins. Lamentables !!
Rien de tel pour renforcer et décupler l’envie de ce groupe de ne pas passer à côté de l’événement et du point d’orgue de leur saison avec cette finale qui s’annonce face à Chartres, qualifié depuis la semaine dernière. Pour les joueurs victimes de ses agressions sauvages et qui ne pourrons disputer cette finale, ce groupe saura aller chercher au plus profond de lui les ressources pour leur offrir une récompense à leur contribution à la beauté de cette saison. Avec l’expérience de 2 demi-finales disputées au cours de la même saison avec une énorme intensité physique et sous une chaleur accablante, les annéciens savent désormais comment aborder ce moment bien particulier dans la vie d’un club, d’un groupe, d’un joueur. Ce n’est pas tous les jours que l’opportunité de disputer une finale de Championnat de France se présente à eux. Pour ne rien regretter, ils devront y mettre leurs tripes, leur envie, leur courage mais également leur enthousiasme pour s’imposer face à un rival chartrain qui s’annonce costaud. Pour les aider à produire le meilleur d’eux-mêmes, pour remercier ce groupe qui nous a donné tant d’émotions et de satisfaction cette saison, nous comptons sur la mobilisation de tous les amoureux de ce club  pour que cette finale, disputée à Vichy, soit une grande fête du rugby.
TOUS EN BLEU ET BLANC le 04 JUILLET 2015  

Texte de Stéphane Mugnier

Boutique du club
 
Billeterie
Prochain match Fédérale 3
Prochain match le 05/07/2015
vs
US Annecy RugbyChartres
 
Classement Fédérale 3
1.
US Annecy Rugby
74 pts
2.
AS St Marcel Isle d'Abeau
62 pts
3.
CS Annonay
55 pts
4.
US Rhône XV DA
44 pts
5.
Stade Olympique Voiron
42 pts
6.
US Bellegarde Coupy
39 pts
7.
AS Bièvre St Geoirs
37 pts
8.
FC Tournon Tain
31 pts
9.
RC Vallons de la Tour
21 pts
10.
SO Ugine Albertville
10 pts
 
Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter