Actualités
17/09/2017

US Bellegarde – US Annecy           16 – 16 
   
Pour Bellegarde : 1 essai TRAINI K (1e) – 1 transformation JORDAN (1e) – 2 pénalités JORDAN (9e 64e) – 1 drop JORDAN (14e)   
Composition : JORDAN – PORRET, CORAL, TRAINI J, DUCROZET T – POZZOBON (o) NINET (m) – TRAINI K, BELLOTO, BONOLA – GOYAUX, HYVERNAT – MEDICO, DELIEGE, LABARRE. Remp : MORITZ, CATHERIN, BARBET, JACQUINOD, DURQUET, GUILLET, DARD   

Pour Annecy :   1 essai MERMET (81e) – 1 transformation GANDY (81e) – 3 pénalités GANDY (12e 44e 53e)   
Composition : GIDEL – CHAHBA, GEANTET, PATRON, SUDAN – GANDY (o) MARINI (m) – BALHOUL, DESFOURS, COCHET – TARDY, CABARET – VASSEUR, COMELERA, MERMET. Remp : MEYER, BENABDALLAH, MOREAU, DEMS, GUIRAND, CHEMINAL, BRUNIER   

 Ain-croyable dénouement ! !

Nouvelle saison, nouveau format de compétition avec désormais une poule de 12 et 22 matchs de championnat au menu, nouvelles règles de qualification avec seulement 4 qualifiés par poule, nouvelle direction sportive ; à l’orée de cette saison 2017/2018, les cartes ont été rebattues du côté de l’US Annecy. Avec une phase de qualification plus longue, un effectif moins dense quantitativement pour faire de la place aux jeunes issus de la  formation locale, un nouveau directeur sportif en la personne de Michel FRACHAT, chargé d’apporter un œil neuf en vue d’impulser une nouvelle dynamique, l’US Annecy poursuit sa mue et s’avance, en dépit d’une certaine stabilité, au seuil de cette première journée, sans véritable repère, laissant augurer d’une reprise du championnat des plus délicate. Surtout, que c’est par un bon vieux derby des familles que Annecy ouvrait la compétition, en retrouvant l’US Bellegarde, pour un duel remis au goût du jour par la promotion en Fédérale 2 du XV « vert et blanc ». Un promu bellegardien de retour après 5 saisons de Fédérale 3, qui s’est montré très actif sur le marché des transferts en enrôlant notamment l’ex-pilier professionnel d’Oyonnax, RAPANT, l’ex-bressan DELIEGE, mais également 2 joueurs faisant encore les beaux jours de l’US Annecy la saison dernière, NINET et J TRAINI, que l’on n’oubliera pas de sitôt sur les bords du lac. Les hommes du duo TETARD-CRETIN abordaient cette ouverture du championnat en position d’un outsider, qui avait tout à gagner à faire tomber d’entrée de compétition, un XV annécien qui fait partie des valeurs sûres de la Fédérale 2. S’imposer pour entretenir la dynamique de la montée et pour prendre confiance en ses moyens, tels étaient les enjeux de cette rencontre pour le XV local. En débutant chez un promu, Annecy héritait d’un match piège en devant assumer le rôle de favori de cette confrontation certes, mais également d’une opportunité de partir du bon pied dans la course à la qualification en prenant des points chez un adversaire supposé très largement à sa portée.
     
Sur sa lancée de 2 victoires signées en préparation face à Lons le Saunier et à Nantua, pensionnaires de Fédérale 3 il est vrai, c’est Bellegarde qui démarra en trombe cette rencontre. Ayant récupéré le coup d’envoi botté haut dans le ciel gris local par JORDAN, les locaux envoyèrent immédiatement du jeu vers le large. Bien leur en pris, car un renversement de jeu et moins de 60 secondes plus tard, TRAINI K, servi en bout de ligne, résista à 2 placages annéciens pour s’en aller plonger en coin droit et déflorer sans plus attendre le tableau d’affichage. En y ajoutant la difficile transformation de JORDAN bottée depuis le bord de touche côté droit, les clignotants étaient au vert pour les locaux qui menaient déjà par 7 à 0 (1ère). Début idéal qui ne pouvait que booster des locaux enthousiastes qui repartiront de suite à l’assaut de la défense haut savoyarde, laquelle montrait d’énormes lézardes qui feront le miel des attaquants bellegardiens. Au près, au large, dans l’axe du terrain, la défense annécienne était perforée de partout. Face à une défense aussi poreuse, Bellegarde se risquait à envoyer du jeu sans crainte de l’échec à l’image de cette intervention plein axe de PORRET qui déchira la défense haut savoyarde avant de servir à son intérieur J TRAINI pour un raid stoppé à 10m de l’en-but. Mis à la faute, Annecy concédera 3 points faciles à la botte de JORDAN qui permettra à ses couleurs de mener par 10 à 0 (9ème). Si GANDY profita d’une faute au sol locale pour enquiller 3 points précieux sur pénalité bottée des 25m droite (10 – 3 à la 12ème), Annecy n’en continuait pas moins à subir la virulence, la détermination, l’engagement de locaux qui tentaient de produire du jeu à la moindre occasion. Et la méthode s’avéra payante quand JORDAN claqua comme à la parade un drop des 30m droite en biais pour récompenser une nouvelle trouée de ses partenaires dans le rideau défensif alpin (13 – 3 à la 14ème). Bellegarde jouait une partition parfaite, tandis qu’Annecy paraissait étrangement absent des débats, subissant l’impact physique, le punch, la volonté des locaux, ne parvenant pas à se replier sur des principes de jeu simples pour stopper l’enthousiasme « vert et noir ». Sauf que l’arrivée d’une pluie battante allait légèrement modifier la donne. Si Annecy faisait preuve d’énormément d’approximations dans sa production, rendant veine toute tentative de jeu, Bellegarde allait se montrer désormais davantage gestionnaire et économe de ses efforts en s’appuyant sur le jeu au pied du trio NINET-POZZOBON-JORDAN pour tenir les visiteurs à distance. Une gestion du jeu par les hommes de TETARD et de CRETIN qui se fera encore plus marquante quand HYVERNAT sera expulsé pour jeu dangereux sur DESFOURS à la réception d’un lancer en touche (19e). Annecy qui avait déjà perdu VASSEUR dans les premières minutes de jeu, perdait désormais DESFOURS et devait procéder à une nouvelle réorganisation qui compliquait encore plus des affaires annéciennes sacrément mal embarquées. Pourtant, Annecy allait dominer territorialement la seconde partie de ce premier acte, mais sans le moindre profit, ni même la moindre alerte pour les supporters bellegardiens tant Annecy conjuguait à l’imparfait de tous les temps, les fautes de mains, les ballons rendus à l’adversaire, les transmissions de balles hasardeuses, les pertes de balle au contact, les tentatives de jeu improductives tant le désordre régnait dans les rangs annéciens. Pour faire simple, Annecy ne parvenait pas à développer le moindre début d’un rugby cohérent en raison d’une fébrilité évidente et d’une défense burgienne vaillante et volontaire dans son labeur de destruction. Dans ces conditions, Bellegarde n’avait pas besoin de forcer son talent et son jeu pour palier à son infériorité numérique. S’appuyer sur  une défense solidaire et mobile, sur du jeu au pied pour faire reculer les annéciens, suffisait à leur bonheur pour tenir les commandes d’une rencontre triste comme le temps, hachée, sans rythme, polluée par les fautes en tous genre des 2 équipes. Sur ce bien triste constat, Bellegarde rentra au vestiaire avec une logique et précieuse avance de 13 à 3 au score.

Devant une telle médiocrité, une sérieuse remise en question semblait s’imposer à la pause, afin de trouver au moins une approche tactique à tenir pour espérer combler ce retard, pas si grand au score, mais tellement immense vu l’incroyable faiblesse du jeu annécien.   

La reprise sembla témoigner à ce titre d’un léger regain haut savoyard. Certes, la mêlée annécienne était toujours autant chahutée, l’alignement bleu et blanc continuait à perdre de précieuses munitions (8 au total sur l’ensemble de la partie ! !) mais au moins, on devinait un semblant de fil conducteur au plan de jeu visiteur. Plus de jeu produit dans l’à peu près, mais du travail en force, des ballons portés sur lesquels la densité physique annécienne mettait à mal la défense locale et des tentatives de jeu au ras initiés par un MARINI toujours aussi volontaire. Pas spectaculaire c’est vrai, mais tellement plus adapté aux conditions climatiques de ce dimanche et à la supériorité numérique des annéciens. Le bénéfice sera réel : GANDY hérita de 2 pénalités qu’il s’empressa de convertir aux 50e et 55e pour ramener Annecy à 13 à 9. Sauf qu’au moment ou l’on pensait qu’Annecy avait trouvé la marche à suivre, voilà que le XV « bleu et blanc » se mit à nouveau à sortir de ses rails, s’essayant à nouveau dans la production d’un jeu dynamique dont il n’avait pas les moyens en ce dimanche, la transformation du jeu au large était d’une telle lenteur qu’elle se heurtait sans cesse à une défense locale qui attendait son opposant dans le grand champ pour le cueillir comme un fruit mûr. Eprouvant de grosses difficultés à franchir la ligne d’avantage, à libérer proprement ses ballons, à s’assurer une conservation de balle suffisante, Annecy se perdait dans la production d’un jeu stérile. Et voilà comment Bellegarde récupéra de précieuses munitions dans les mains annéciennes pour refouler son adversaire et rééquilibrer l’occupation du terrain. Une tactique minimaliste qui sera bonifiée par le placage spectaculaire mais involontaire de DEMS qui éteindra NINET après que ce dernier ait botté son ballon. Résultat des courses : plus de peur que de mal pour NINET sonné sur le coup et carton rouge pour DEMS (64e) qui changeait les perspectives de cette fin de rencontre. Déjà parce que JORDAN hérita d’une pénalité au point de chute du ballon botté par NINET que l’arrière local passa sans trembler pour permettre à Bellegarde de mener par 16 à 9 (64e). Ensuite parce qu’on sentira une forme d’impuissance dans les initiatives d’annéciens qui tentaient de faire vivre le ballon dans un désordre tel, qu’il fallut très souvent en passer par du jeu au pied pour gagner du terrain. De ce hourra rugby commun aux 2 adversaires du jour, chaque camp héritera pourtant des balles décisives  pour faire tourner le sort de cette rencontre en faveur de son camp. C’est tout d’abord JORDAN qui ne cadra pas les perches des 35m droite en biais (72ème), puis GANDY qui l’imita des 35m gauche en coin (74ème) avant qu’un ballon botté à suivre sur l’aile droite désertée par la défense annécienne ne s’offre à l’appétit du remuant PORRET qui mit les cannes pour se coucher sur ce ballon qui roulait devant l’en-but annécien….sauf que l’ailier « vert et blanc » plongea au-dessus du ballon et ne put aplatir ce qui aurait été l’essai de la victoire (78ème) pour les locaux. Et le retour de flamme sera cruel pour les hommes de DELIEGE, vaillants en diable. En effet, un coup franc permettra à GANDY de trouver une touche aux 5m locaux et faire peser une réelle menace sur la défense locale. Si JORDAN écarta une première fois le danger en dégageant en touche une conquête de son alignement, cette fois-ci, c’est MEYER qui bénéficiait du lancer aux 10m « verts et blancs ». Après une conquête enfin impeccable de MOREAU, le pack annécien appuyé par ses trois quarts, progressa sur 5m avant de s’écrouler pour de bon pensait-on, sauf que MERMET en remit une couche, s’extirpa du regroupement au ras et s’arracha sur 5m pour aller pointer en coin gauche l’essai de l’espoir que GANDY transformait magistralement sous la bronca depuis le bord de touche, pour offrir à Annecy un match nul totalement inespéré sur l’ensemble de la rencontre.   

Improbable, incroyable, important pour la confiance,  l’US Annecy s’en tire finalement à bon compte en arrachant au bout du temps additionnel ce match nul qui sauve bien des apparences. De la manière la plus évidente, ce match nul est une sorte de hold-up tant Annecy a produit un jeu  indigne du niveau de la Fédérale 2. Contrés et défaillants dans tous les secteurs du jeu, Annecy n’a pu se reposer durablement sur aucun point fort de son jeu pour inverser le cours d’une partie jamais maîtrisée, qu’Annecy n’a jamais semblé capable de gagner.  Aucune occasion d’essai à recenser hormis la réalisation de MERMET, des lacunes techniques criantes, des fondamentaux balbutiés : à ce titre, le match d’Annecy était en effet bien triste voire même désespérant. Et pourtant, la dernière pénaltouche de la rencontre a démontré qu’Annecy avait des arguments à faire valoir quand la conquête est propre et parfaitement consolidée……dommage, cent fois dommage. D’un autre côté, et parce que Bellegarde a voulu gérer ses efforts bien rapidement, rendant beaucoup de ballons aux annéciens, ces derniers se sont tout de même assurés une grosse domination territoriale sur l’ensemble du match. Une domination totalement stérile il est vrai pendant très longtemps mais une occupation du camp bellegardien bien réelle qui démontra une envie collective plus démonstrative au cours de la seconde période, un engagement physique plus marqué, une solidarité et une envie de ne rien lâcher de la part de ce collectif passé complètement à côté de son sujet. Faute de repères collectifs suffisants pour envoyer un gros volume de jeu, Annecy est parvenu à revenir au score, à reprendre pied dans la rencontre et à arracher ce match nul en revenant à du jeu simple, réducteur mais tellement plus pragmatique pour une meilleure efficacité. Annecy en réagissant de la sorte, a fait preuve d’humilité et d’une abnégation payante sur le tard, mais payante tout de même. A ces divers titres, le match nul n’est alors pas forcément immérité, Bellegarde s’étant contenté de jouer et de bien jouer pendant le 1er quart d’heure, c’est peu, mais cela failli être suffisant pour leur permettre d’emporter cette rencontre.   

Ce dernier constat devra inciter les hommes d’Alexandre CUZZIT et de Nicolas L’HOSPITAL à hausser rapidement leur niveau de jeu pour ne pas subir de grosses désillusions à l’avenir et pour espérer venir à bout d’un adversaire rompu aux joutes de la Fédérale 2, le Saint Savin Sportif qu’Annecy accueillera la semaine prochaine.   

Pour compléter cette journée de championnat, coup de chapeau à l’équipe B, très fortement rajeunie, qui s’est imposée fort logiquement sur le score de 22 à 10 grâce à une bien meilleure maîtrise de son jeu. Dans le sillage des cadres, DECARRE et BAURES qui auront payé de leur personne pour montrer la voie à leurs jeunes partenaires, ces derniers ont apporté leur fougue et leur enthousiasme à la production d’un jeu ambitieux qui aura connu cependant trop de déchet pour pouvoir prétendre à une victoire plus large que ne l’indique le score. Rien de plus normal pour une première rencontre et pour un collectif peu habitué à évoluer ensemble à ce niveau. A confirmer également la semaine prochaine face à une valeur étalon que représente Saint Savin.

Stéphane Mugnier
12345678910...
DEPLACEMENT CAR BELLEGARDE 17 septembre 2017
Actualité Les Séniors - Fédérale 2
dimanche 17 septembre 2017


US rugby ANNECY, DEPLACEMENT CAR BELLEGARDE 17 septembre 2017


U.S. Annecy - Club rugby Annecy - info@usannecy.frMentions légales |  Contact |  Boondooa Créations - Création de sites internet