UNE PAGE BLANCHE
Actualité du club
mardi 13 février 2018


US rugby ANNECY, UNE PAGE BLANCHE


CA Pontarlier – US Annecy           15 – 8

 

Pour Pontarlier : 2 essais de pénalité (36e), DHOTE (70e) – 1 pénalité RISCHMANN (13e)  

Composition : RISCHMANN – THEVENOT, FORTES, SEGUIN, SALOMON – GIRARD (o) BOULAND (m) – LAWSKI, PARISOT T, CLEMENT B – MAIRE, HUMBERT – VIOLETTE, CLEMENT A, GWOUBA. Remp : HOQUET, VANNOD, GRANGE, PARISOT J, GUENAT, VEHABOVIC, DHOTE.

Pour Annecy : 1 essai DEMS (78e) – 1 pénalité GANDY (9e)

Composition :  GERY – SUDAN, PASCAL, GEANTET, CHAHBA – GANDY (o) GUIRAND (m) – LOURSAC, BAURES, DEMS – TARDY, DESFOURS – VALLET, L’HOSPITAL, VASSEUR. Remp : COURT, VILLERS, DECARRE, PERRUISSET, BRUNIER, GUENARD, CHICHER.  


Une page blanche

  Ayant retrouvé le goût de la victoire en disposant péniblement de la Bièvre St Geoirs, l’un des mal classés de la poule, l’US Annecy reprenait le chemin de la compétition ce week-end pour 2 rencontres seulement en ce mois de février, mais quelles rencontres ! ! Du lourd et du costaud, tant les enjeux de ces rencontres seront importants pour les annéciens, c’est vrai, mais également pour leurs adversaires. Et c’est par une expédition en montagne, en des terres qui réservent bien des surprises en matière de conditions climatiques pour la pratique du rugby, qu’Annecy ouvrait le bal en rendant visite au CA Pontarlier. Un déplacement abordé forcément avec quelques ambitions au regard du net succès glané au match aller face aux doubistes et à la position de lanterne rouge de la poule occupée par les pontissaliens. S’il avait fait beau, si Annecy avait pu reconstituer une profondeur d’effectif suffisante, ces derniers auraient pu aborder ce déplacement avec confiance. Mais là, rien de tout cela au regard des dernières prestations bien peu convaincantes des alpins depuis 3 rencontres. Car en ce dimanche, la pelouse ne sera plus sèche, l’adversaire ne sera plus le XV statique du match aller mais bien un collectif ayant pour impératif de s’imposer pour demeurer en course pour le maintien, Pontarlier doit poursuivre à domicile son redressement en enchaînant les victoires à Paul Robbe et l’USAR d’aujourd’hui ne met plus un pied devant l’autre dans le développement de son jeu. Le rapport de force ainsi posé, Annecy devait s’attendre à une très rude opposition. Et pourtant, hormis Rumilly tombé à la surprise générale, Voiron, Vinay ou Saint Priest se sont tous imposés dans le Doubs, obligeant Annecy à faire aussi bien pour conserver et même renforcer sa 4ème place au classement général. Pour ce long déplacement, le collectif annécien était très fortement remanié avec les sorties de GIDEL, de COCHET, de MEYER, de RAPIN, de BERLIOZ et de VIGNE au profit de VILLERS, de CHICHER, de TARDY, de BAURES, de SUDAN et de GERY.

  En ce week-end d’ouverture des Jeux Olympiques d’hiver, l’US Annecy avait également rendez-vous avec une épaisse couche de neige qui recouvrait la pelouse doubiste. Cette pelouse glissante conjuguée à des averses de pluie et de neige incessantes, plantaient le décor d’une rencontre disputée dans un froid sibérien et devant un public clairsemé.  Et dans la foulée du coup d’envoi botté par GANDY, c’est le XV « bleu et blanc » qui prenait le meilleur départ en s’installant immédiatement dans les 30m locaux, proposant les premiers lancements de jeu et éprouvant les premières difficultés à maîtriser un ballon qui sera difficilement saisissable pendant 80 minutes. Du jeu simple, direct, nécessitant un minimum de passes et un jeu au pied précis : voici grosso modo les ingrédients nécessaires pour espérer l’emporter. D’ailleurs, sur le premier renversement de jeu, GANDY adressa un ingénieux coup de pied rasant dans l’en-but local que FORTES sauvera in extremis en devançant DESFOURS au moment de se coucher sur le ballon (2ème). De bon augure pour la suite, surtout que B CLEMENT hérita dans la foulée d’un carton jaune (4ème) qui offrait une supériorité numérique dont Annecy entendait bien profiter. Malheureusement, sur la pénaltouche qui suivra, les annéciens prendront l’option du jeu au large, qui aboutira à l’un des premiers en avants de la rencontre….et malheureusement pas le dernier. Si GANDY finira par ouvrir la marque en passant une pénalité des 22m face pour une faute au sol pontissalienne (0 – 3 à la 9ème), Annecy semblait déjà éprouver les pires difficultés à s’adapter aux conditions climatiques du jour. Car passée cette bonne entame, le jeu des annéciens va s’effilocher tout seul dès que Pontarlier poussera ses premières charges dans le sillage des remuants HUMBERT et LAWSKI. Un jeu tout en puissance bourré de générosité mais marqué par tant de fébrilité que ses offensives ne seront guère dangereuses et pourtant Annecy va s’égarer, faisant tout ce qu’il fallait pour remettre Pontarlier dans la partie. Jeu au pied catastrophique, fautes de mains à la pelle, indiscipline encore une fois incroyable pour une équipe de Fédérale 2, lancements de jeu approximatifs permettront à Pontarlier de prendre le contrôle de la partie en s’assurant la possession quasi exclusive du ballon. En y ajoutant un énorme engagement physique, beaucoup de cœur, le pack doubiste prenait les reines de la rencontre en imposant son impact physique à son rival annécien. Entre ballons portés initiés à partir de touches propres comme un sou neuf, progressions par des picks and go successifs, jeu au pied de pression qui mettait les visiteurs dans un grand embarras, Pontarlier enfermait sans coup férir les annéciens dans leur camp pour dominer outrageusement les débats. Heureusement, Annecy se montrait supérieur en mêlée ordonnée, affichait un cœur énorme dans le combat et dans le travail défensif, leur permettant de retarder l’échéance. Car Pontarlier se montrait pourtant bien maladroit dans l’utilisation de la balle et égarait également de nombreux ballons mais Annecy ne saura jamais s’en servir pour sortir proprement de ses 50m et pour partager la possession du ballon, la faute à trop d’hésitations, à de trop grandes errances tactiques. Alors que la parité obtenue très tôt par une pénalité de RISCHMANN pour hors-jeu de ligne visiteur bottée des 15m face (3 – 3 à la 13ème) aurait pu perdurer jusqu’à la pause, Annecy va se tirer tout seul, non pas une, mais 3 balles dans le pied. Eh oui, en 8 minutes, Annecy va hériter de 2 cartons blancs (DEMS à la 31ème puis PASCAL à la 34ème) et d’un carton jaune (CHAHBA à la 38ème) dont Pontarlier finira par tirer profit. Comme Pontarlier présentait un jeu aussi bordélique que son rival, c’est au métier que Pontarlier passera enfin devant. A 15 contre 13, LAWSKI jouera rapidement une pénalité aux 5m visiteurs alors que les annéciens n’étaient pas derrière leur ligne d’en-but pour hériter d’un essai de pénalité qui donnait enfin l’avantage aux capistes (10 à 3 à la 36ème). Un avantage poussif mais mérité à la pause tant Pontarlier avait dominé territorialement cette rencontre.

  La pause arrivait à point nommé pour les annéciens pour souffler un peu, serrer les rangs avant d’envisager d’inverser le cours d’un match qui leur échappait alors que Pontarlier ne leur était en rien supérieur.    

D’ailleurs, on attendait une furia doubiste dès le retour des vestiaires pour plier la rencontre durant cette triple supériorité numérique. Pontarlier s’engageait toujours autant dans le combat, secouant les visiteurs par des coups de boutoirs incessants, mais pour tellement de fautes de main, qu’Annecy ne sera pas distancé au sortir de cette période bien inconfortable. De quoi redonner de l’espoir à ces « bleus et blancs » vaillants et volontaires c’est vrai, mais incapables de s’approcher des 22m visiteurs. Les hauts savoyards tenteront malgré tout de se mettre dans l’avancée mais de manière trop individuelle et trop frontale pour mettre en difficulté une défense locale serrée autour des zones de combat. Pourtant, quand COURT ou VASSEUR auront la bonne idée d’essayer de franchir la ligne d’avantage en déplaçant les zones de percussions, des possibilités pouvaient s’ouvrir aux annéciens si leur maladresse n’avait pas été un handicap rédhibitoire et si la transformation du jeu n’avait pas été aussi laborieuse.  Pour vibrer, et non pas frissonner, il faudra une relance solitaire de GERY sur 40m poursuivie par un ballon botté à suivre de ce dernier pour entrer enfin dans les 10m locaux (58ème). C’était bien peu, trop peu, trop laborieux pour espérer autre chose qu’une défaite tant Annecy semblait incapable de refaire son handicap de 7 points. Ce second acte ne sera qu’un sombre combat, qu’une litanie de fautes, d’indiscipline de part et d’autre qui convenait parfaitement à des pontissaliens dont le jeu tournait autour de l’activité de son pack mené par son leader, LAWSKI, de la puissance du jeu au pied de RISCHMANN pour mettre Annecy sous pression et pour le mettre à la faute. Dans cette triste et bien insipide 2ème mi-temps, c’est Annecy qui va finir par donner la victoire à Pontarlier, sur un plateau d’argent. Pressé par la montée défensive locale, CHICHER déchira son dégagement et trouva une touche qui amena le jeu à 10m de la ligne d’en-but haut savoyard. DHOTE jouera rapidement la touche pour lancer LAWSKI qui, d’une énorme percussion mobilisera la défense annécienne avant de servir après contact T PARISOT qui décala DHOTE pour un plongeon victorieux dans le coin gauche de l’en-but haut savoyard. Un essai qui scellait le sort de cette rencontre en portant la marque à 15 – 3 à la 70ème. Un break qui aura le mérite de réveiller des annéciens, pour une fois, décidés à adopter un plan de jeu conquérant en initiant enfin des ballons portés, domaine dans lequel le pack annécien n’est pas manchot. Le XV haut savoyard va camper pendant 10 minutes dans les 22m locaux et trouver enfin la faille en envoyant DEMS, au sortir d’un maul, s’écraser dans l’en-but local (78ème) et clore les débats sur le score de 15 à 8 en faveur de pontissaliens valeureux et besogneux récompensés de ce succès hyper logique.   Annecy revient du Doubs avec un point de bonus défensif mérité si on considère que Pontarlier n’était absolument pas supérieur aux hauts savoyards, mais finalement très anecdotique au regard de la trop approximative prestation du jour, même en prenant en considération les conditions climatiques inhabituelles identiques pour les deux protagonistes. Depuis le début de l’année, et hormis la victoire signée face à Vinay, les lacunes sont toujours les mêmes, les rencontres s’enchaînent sans la moindre progression manifestée par ce collectif qui ne plafonne même pas, mais au contraire régresse devant une adversité qui sait désormais comment contrarier les lancements de jeux alpins. Car hormis dans le labeur défensif que les annéciens accomplissent toujours avec engagement mais en commettant de plus en plus de fautes dimanches après dimanche et avec une possession de balle de plus en plus réduite journée après journée, le reste du jeu proposé n’est qu’une succession d’à peu près, d’initiatives individuelles sans liant collectif. A vouloir continuer à produire du jeu sans fil conducteur collectif est une philosophie acceptable quand on a les moyens de ses ambitions, ce qui n’est pas le cas actuellement des annéciens. Tout au long de la partie, Annecy a montré une solidarité collective, un cœur, une envie, un engagement qui témoignent de la solidarité de ce collectif. C’est le seul signal positif de ces dernières semaines. C’est beaucoup et peu à la fois. Malheureusement, c’est seulement au cours des 10 dernières minutes de la rencontre que les « bleus et blancs » ont montré qu’ils avaient les armes techniques pour s’imposer….mais comme les 70 premières minutes étaient brouillonnes au possible, ce point de bonus constitue bien une perte de 3 points et non le gain d’un point classement général.  Après tant de productions incohérentes, difficile dans ces conditions d’imaginer Annecy capable d’exister face au leader voironnais la semaine prochaine. Mais avec le cœur…..

  Seule satisfaction de ce dimanche, la victoire de l’Equipe Espoirs très sérieusement remaniée mais qui a su faire simple pour se montrer efficace. Plus propres techniquement, plus cohérents dans leur développement de jeu, présentant une organisation défensive solide, Annecy avait les arguments nécessaires pour mettre à sa botte un adversaire volontaire, hargneux mais trop frustre techniquement, trop maladroit pour se montrer dangereux en phase offensive. Cela sentait bon le match piège mais Annecy l’a estoqué avec solidarité, cœur et abnégation.

Dimanche prochain, avec le retour espéré de conditions plus « normales », Annecy recevra la solide réplique de voironnais qui viennent d’aligner quelques les bonnes performances après un début de saison délicat.


S.MUGNIER

U.S. Annecy - Club rugby Annecy - info@usannecy.frMentions légales |  Contact |  Boondooa Créations - Création de sites internet